Coin des experts Le coin des experts
Lundi 25 Avril 2011

Lutter contre l'addiction aux jeux avec Adictel

Casinos, cercles, jeux en ligne, hippodromes… Les jeux d’argent sont partout autour de vous. Difficile alors pour certains de résister à la tentation. Mais sachez que l’addiction aux jeux n’est pas à prendre à la légère. Elle peut entraîner des situations extrêmement graves. En France, il existe une plateforme internet et téléphonique pour aider les joueurs en difficulté accessible 24h/24 et partout dans le monde. Cette plateforme a un nom, c’est Adictel. Nous avons rencontré son président pour qu’il nous explique comment empêcher le pire.

Dailyconso : Pouvez-vous nous présenter la plateforme Adictel et son rôle ?

Eric Bouhanna : J'ai créé Adictel en 2003 à la suite d'un constat alarmant. Il n'y avait pas ou peu de solutions concrètes pour aider les joueurs en difficulté. Le numéro vert de SOS Joueurs était déjà mis en place mais proposait peu de solutions pour les quelques 400 000 joueurs dépendants de l'époque. Et l'aide qu'il apportait se limitait à Paris. D'où l'idée d'Adictel. Nous avons la possibilité d'aider tout le monde en France et gratuitement, et ce 24 heures sur 24. Car les joueurs ont rarement les crises le jour. C'est la nuit que tout se trame... Aujourd'hui, il est donc possible d'aider un joueur habitant à Evian ou à Cabourg à 3 heures du matin.

 

Dailyconso : Comment fonctionne Adictel ?

Eric Bouhanna : Sur notre site internet, vous pouvez remarquer trois étapes distinctes. Tout d'abord, il y a la détection. Le joueur qui sent qu'il peut vite déraper s'inscrit sur Adictel et nous indique les lieux où il joue et se fixe des limites budgétaires dirons-nous. Pour les joueurs très dépendants, nous avons un volet action où nous intervenons pour limiter complètement leurs accès aux jeux. Enfin dernière étape, ce que l'on appelle le changement. Il s'agit d'effectuer un véritable travail sur le long terme pour le libérer définitivement de sa dépendance. Cela passe notamment par une thérapie ou des consultations avec un psychologue.

 

Dailyconso : Concrètement, quel travail effectuez-vous auprès des joueurs dépendants ?

Eric Bouhanna : Notre travail consiste tout d'abord à limiter le joueur. On parle beaucoup de l'importance du psychologue pour réaliser un vrai travail de fond. Mais le joueur, ce qu'il veut à 98 %, c'est être limité. Il souhaite qu'on lui mette des menottes avant de le diriger vers un psy. Surtout qu'un psychologue, ça coûte cher et ça prend du temps ! Alors qu'en une seule semaine, un joueur addict peut se ruiner... Donc la chance que nous avons par rapport à des addictions d'alcool ou de drogue, c'est que nous pouvons vraiment agir. Par exemple pour les casinos, nous les contactons directement afin qu'ils bloquent directement les accès aux personnes concernées. C'est d'ailleurs dans l'intérêt des casinos de s'engager pour un jeu plus responsable.

 

Dailyconso : Qui sont les personnes qui travaillent pour Adictel ?

Eric Bouhanna : Près de 300 personnes travaillent chez Adictel partout en France. Ces personnes viennent des casinos et nous avons pris le temps de les former. C'était important d'aller aider les joueurs là où ils se trouvent. Qu'ils soient croupiers ou aux caisses, quand une personne a besoin d'eux, ils enfilent leur casquette Adictel pour venir en aide aux joueurs en difficulté. Nous assurons ensuite le suivi de ces joueurs.

 

Dailyconso : Quel est le déclencheur chez le joueur ? A quel moment prend-il la décision de se faire aider ?

Eric Bouhanna : Pour ces personnes, le jeu constitue un vrai plaisir. Donc le vrai déclencheur, c'est quand ils n'ont plus d'autre choix. Ces joueurs attendent souvent le dernier moment avant de demander à être interdit de jeux. La plupart d'entre eux ont contracté de multiples crédits et sont parfois endettés jusqu'à 100 000, voire 120 000 euros. Et il arrive un moment où ils ne peuvent plus rembourser. Le déclencheur, c'est l'urgence de la situation finalement.

 

Dailyconso : Est-ce qu'un proche peut s'adresser à vous ?

Eric Bouhanna : La situation est délicate. Un tiers n'a pas le pouvoir de limiter concrètement un proche. Tout d'abord parce que cela entrainerait des abus. Mais il faut savoir qu'un proche peut nous contacter pour nous avertir d'un comportement qu'il jugerait excessif. Et en cas d'extrême urgence, il est possible que nous agissions. Mais c'est très rare. En revanche, nous pouvons lui donner des conseils afin de pousser la personne pour laquelle il s'inquiète à nous appeler.

 

Dailyconso : D'après votre constat, quels sont les jeux qui créent le plus de dépendance?

Eric Bouhanna : Tous les jeux peuvent rendre des personnes dépendantes à l'appât du gain. Nous remarquons toutefois un gros penchant vers les machines à sous, les hippodromes et les jeux vendus chez les cafetiers, notamment le Rapido. Nous essayons d'ailleurs de mettre en place un contrôle des joueurs chez les cafetiers. Nous développons une carte de limitation. Il suffit que les bars-tabacs soient équipés d'un petit poste qui leur permet de savoir si la personne peut jouer ou non. Même chose dans les hippodromes où il serait intéressant d'instaurer un contrôle obligatoire, comme c'est déjà le cas dans les casinos.

 

Dailyconso : Depuis l'ouverture des jeux en ligne en juin 2010, avez-vous constaté un changement dans le comportement des joueurs ?

Eric Bouhanna : Cela n'a pas eu de véritable impact sur la dépendance aux jeux. Il n'y a pas eu de boom à ce moment là. En revanche, sachez que depuis 2003, le nombre de joueurs dépendants est en constante progression. Aujourd'hui, il y a près de 600 000 joueurs qui sont accros et dont la dépendance les place dans des situations compliquées. Donc un conseil, ne jouez pas avec l'argent que vous n'avez pas et surtout n'empruntez jamais pour jouer.

 

 

Propos recueillis par A.D

 


Si vous êtes joueur et que vous souhaitez vous limiter, rendez-vous sur www.adictel.com . L'inscription est gratuite et confidentielle et ne prend que 3 minutes. Vous avez également la possibilité de les appeler au 0 805 02 00 00. Si vous pensez avoir une personne autour de vous susceptible d'avoir des problèmes de jeux, allez-y également pour retrouver tous les conseils dont vous avez besoin.



Eric Bouhanna
Président d'Adictel
« L’addiction, on aimerait bien que ce ne soit qu’un jeu. »
Eric Bouhanna, Fondateur d'Adictel


Newsletter
Recevez tous les dossiers Comprendre et Comparer en vous inscrivant à la newsletter DailyConso :
ok


Comprendre & comparer


Immobilier
Les points clés du crédit immobilier
Beauté & Bien-être
SOS coiffure : je rince à l'eau chaude
En continu